Qui sommes-nous ?

Historique et missions


Historique et missions de la Commission épiscopale « Justice et Paix » (CJP- Burkina)

La Commission épiscopale « Justice et Paix » (CJP- Burkina) est une organisation de l’Eglise catholique du Burkina Faso créée par la Conférence Episcopale Burkina- Niger (CEBN) en mai 2003 et reconnue officiellement par récépissé n°2006 474/MATD/SG/DGLPAP/DOASOC du 28 août 2006. Issue de l’OCADES CARITAS BURKINA qui comptait quatre départements dont celui de Justice et Paix, la Commission « Justice et Paix » est une organisation autonome travaillant en étroite collaboration avec les autres structures de l’Eglise dont les activités sont complémentaires. Mais pourquoi une commission « Justice et Paix » ? La création de la Commission Justice et Paix répond essentiellement à deux appels lancés au niveau national et au niveau international. Le premier appel vient du Pape Jean Paul II qui à l’occasion du Synode pour l’Afrique demanda la mise en place de Commissions « Justice et Paix » à tous les niveaux (Cf. Ecclésia in Africa n°106).

Cet appel qui se fonde sur un ensemble de documents conciliaires et post conciliaires (GAUDIUM ET SPES, POPULORUM PROGRESSIO, etc.) a été conforté par l’existence de la Commission Pontificale « Justice et Paix » que le Pape Paul VI, successeur du Pape Jean XXIII, a créé le 6 janvier 1967 par le Motu Proprio Catholicam Christi Ecclésiam. Cette Commission Pontificale- on le sait- sera transformée en Conseil Pontifical « Justice et Paix » par le Pape Jean Paul II à l’occasion de la réorganisation de la Curie Romaine opérée par la Constitution apostolique Pastor Bonus du 28 juin 1998.

Interpellé par les textes conciliaires et inspiré par le Conseil Pontifical « Justice et Paix », le Synode national de l’Eglise Catholique du Burkina tenu du 22 au 28 novembre 1999 a affirmé la nécessité de la création de Commissions « Justice et Paix » au niveau national et diocésain et leur a assigné les missions suivantes : ? Promouvoir la justice sociale et la paix, ? Former et éveiller les consciences des individus et des communautés aux valeurs de justice et de paix, ? Défendre les droits humains violés avec une option préférentielle pour les pauvres, les faibles, les exclus, les minorités et tous ceux qui luttent pour être seulement reconnus.